À la place du coeur, saison 1, Arnaud Cathrin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qu'avez-vous pensé de ce livre ?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

À la place du coeur, saison 1, Arnaud Cathrin

Message par Elmdora Carotte le Mer 26 Juil 2017 - 21:04


252 p., Robert Laffont, septembre 2016

Quatrième de couverture :

Six jours dans la peau de Caumes qui vit son premier amour. Dix jours de janvier 2015 où la France bascule dans l'effroi.
avatar
Elmdora Carotte
Admin

Messages : 353
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 30
Localisation : Île de France

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-dune-lectrice.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la place du coeur, saison 1, Arnaud Cathrin

Message par Elmdora Carotte le Mer 26 Juil 2017 - 21:07

À la place du cœur va nous relater l’histoire de Caumes, qui vient de fêter son dix-septième anniversaire et qui va vivre ses premiers émois amoureux, puisqu’il va tomber sous le charme d’Esther. Mais le moment ne va pas être le mieux choisi, car tout cela prend place pendant les événements qui ont secoué la France au début du mois de janvier 2015, avec les attentats perpétrés à Charlie Hebdo, à Montrouge et à l’hyper casher de la porte de Vincennes. Caumes va se retrouver un peu perdu au niveau de ses sentiments, car les événements précédemment cités vont beaucoup secouer son environnement et remettre en cause beaucoup de choses, notamment à cause des réactions de ses proches, qu’il s’agisse de ses parents ou de ses camarades. En parallèle de tout cela, Hackim, un de ses amis, va être victime de harcèlement scolaire…

Je dois reconnaître qu’au début, la lecture d’À la place du cœur fut très laborieuse, le problème résidant dans le personnage de Caumes. En effet, ce dernier est très travaillé par ses hormones, et j’ai trouvé cela insupportable, et j’ose espérer que tous les garçons de dix-sept ans n’ont pas le cerveau situé entre les jambes. Malheureusement, au début c’est vraiment ce qui se passe, et c’est assez pénible de ne pas pouvoir tourner trois pages sans qu’il soit question de « bite » ou de « branler ». Ce qui m’intéressait surtout, c’était la manière dont l’auteur allait aborder les événements du mois de janvier 2015, et si je n’en avais pas eu connaissance, je pense que j’aurais refermé le livre tant Caumes était insupportable. Puis arrivent les attentats, et Caumes va devenir beaucoup plus intéressant — et c’est d’ailleurs vers la fin du roman que son personnage est le plus travaillé. Malgré tout, il est capable de raisonnements vraiment poussés, et des passages où l’on se dit qu’il en a réellement dans la tête… et malheureusement, d’autres où il s’intéresse plus à ce qu’il a dans le pantalon.

J’ai trouvé novatrice la façon dont les attentats sont traités dans cet ouvrage, de découvrir comment cela peut être perçu par des lycéens, les questions que cela peut amener dans une classe et les polémiques que cela va créer. Il y a des réflexions très intéressantes qui sont posées, comme les limites entre l’information et le voyeurisme, mais aussi comment cela peut être perçu à travers la communauté musulmane, les différentes interrogations que tout cela peut amener au sein d’une classe ou encore d’une famille, qu’est-ce que les parents peuvent et ne peuvent pas dire, le rôle des journalistes… Tout cela va pousser Caumes, Théo, Hackim et Esther à grandir, car ils ont la possibilité de prendre position dans la vie de leur pays (en allant par exemple à la marche républicaine).

Caumes a donc deux amis : Hackim, un jeune beur qui vit chichement et qui est la cible des persécutions de Nicolas Ballard, dont les parents sont membres du Front national, et Théo, qui est le fils du maire. Ils sont très dissemblables, mais se complètent pourtant et parviennent à se retrouver dans leurs différences.

Une autre question se pose : la France est secouée par la vague d’attentats, Hackim se fait violenter, et Caumes vit ses premiers amours, et il ressent une certaine culpabilité pour cela. Comment pourrait-il avoir le droit d’être heureux quand d’autres pleurent leurs morts ?

C’était donc un livre qui partait mal, à cause du personnage principal, mais je suis contente de ne pas avoir abandonné ma lecture, car une fois que l’on a passé le premier tiers du roman et que l’on rentre dans le vif du sujet, cela devient vraiment intéressant. Et je dois reconnaître qu’en refermant l’ouvrage, j’appréciais le personnage de Caumes, et je me suis d’ores et déjà procuré le tome 2, car je souhaite savoir ce qui va lui arriver et comment il va vivre les événements plus intimes qui l’ont secoué à la fin de la première saison.

L’auteur s’intéresse beaucoup aux émotions de ses protagonistes, et à la vie de tous les jours. Par exemple, lorsqu’un de ses camarades est victime de harcèlement, comment réagir ? Les quatre personnages principaux sont attachants malgré tout. C’est écrit comme si cela venait vraiment de la bouche d’un ado, tantôt un peu bébête, mais aussi capable de belles réflexions qui m’ont parfois scotchée. J’aurais pu noter nombre de citations de ce livre, car ce qui est dit est vrai, et joliment exprimé. Au final, c’est un roman que je vous recommande chaudement (et persévérez, même si au début, vous trouvez Caumes à claquer, parce que ça vaut le coup !)
avatar
Elmdora Carotte
Admin

Messages : 353
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 30
Localisation : Île de France

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-dune-lectrice.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum