Les Décharnés, Paul Clément

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qu'avez-vous pensé de ce livre ?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

Les Décharnés, Paul Clément

Message par Elmdora Carotte le Jeu 27 Juil 2017 - 21:02


320 p., autoédition, décembre 2015

Quatrième de couverture :

Une journée de juin comme une autre en Provence. Blessé à la cheville, Patrick, un agriculteur de la région, asocial et vieillissant, ne souhaite qu’une chose : se remettre au plus vite pour retrouver la monotonie de sa vie, rythmée par un travail acharné.
Mais le monde bascule dans l’horreur lorsque les automobilistes, coincés dans un embouteillage non loin de chez lui, se transforment soudain en fous assoiffés de sang... de sang humain. S’il veut survivre, Patrick doit non seulement faire face à ces démons qui frappent à sa porte mais aussi à ceux, plus sournois, qui l’assaillent intérieurement.
Et si cette petite fille, qu’il prend sous son aile, parvenait à le ramener, lui, vieux loup solitaire, dans le monde des vivants ?
avatar
Elmdora Carotte
Admin

Messages : 353
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 30
Localisation : Île de France

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-dune-lectrice.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Décharnés, Paul Clément

Message par Elmdora Carotte le Jeu 27 Juil 2017 - 21:03

L’histoire se passe en Provence, et le héros est un fermier prénommé Patrick. D’un certain âge, c’est un homme un peu bourru et solitaire, marqué par un drame qui s’est joué dans sa vie. Alors qu’il s’octroie un moment de repos sur sa terrasse, la première attaque de zombies sévit devant ses yeux, sur la route située au bord de son exploitation. Ainsi, il se calfeutre dans sa maison, et avant d’y pénétrer, il a tout juste le temps de sauver Emma, une petite fille qui se retrouve seule et qu’il va prendre sous son aile. Cependant, de fil en aiguille, ils vont être contraint de sortir, car acculés par la masse de zombies qui grouillent devant chez lui. Lors de leur parcours, ils vont faire la rencontre de Karim, un quarantenaire qui les invite à les suivre jusqu’à l’école d’Emma, où pas mal de personnes se sont réfugiées. Ils vont y connaître, la faim, la soif, les privations.

Plusieurs thématiques sont abordées dans ce roman. Bien évidemment, il y a l’apocalypse zombies, avec l’arrivée de ces créatures. Pourtant, ce ne sont pas forcément eux les plus mauvais, car ce sont des monstres desquels il faut se protéger, mais ils n’ont plus vraiment de conscience et agissent plus par instinct que par volonté de faire le mal, contrairement aux hommes. En effet, nous allons en rencontrer de très bons à travers ces pages, qui sont prêts à aider les autres, à partager ce qu’ils ont, à œuvrer pour le groupe. Mais à côté de ces belles personnes, il y a des individus absolument abjects, capables de sacrifier leurs semblables, enfants comme adultes, voire à les tuer.

Dans un premier temps, je n’appréciais pas Patrick, parce qu’il me paraissait très froid. D’ailleurs, il semble ne pas vouloir s’attacher à Emma, et se donne comme mission de la mettre à l’abri en retrouvant le père et le frère de l’enfant. Et puis, petit à petit, il va se rapprocher d’elle, et une belle complicité va naître entre eux deux. Cette petite fille, qui l’appelle Monsieur Patrick, est vraiment touchante. On assiste à une réelle évolution dans leurs rapports : au début, Patrick est plutôt son protecteur et souhaite la mettre à l’abri, mais tout au long du récit, leur relation se développe et il va y avoir une belle histoire entre ces deux personnages. À travers celle-ci, j’ai appris à apprécier Patrick. Au fur et à mesure, alors que l’humanité disparaît petit à petit à cause de l’horreur qui sévit autour d’eux, lui semble retrouver une part de la sienne.

L’auteur met en place tout un univers dans notre monde, en Provence, et tout ça paraît en fait très réel. Si cela devait arriver, on a un peu l’impression que ça se déroulerait de cette façon. Néanmoins, il y a beaucoup de narration, et donc assez peu d’échanges de paroles dans ce livre. Il se passe beaucoup de choses, il y a beaucoup d’action, mais à mon sens, le manque de dialogues rend par moment cela quelque peu indigeste. La fin est somme toute cohérente avec le reste du roman et répond aux attentes du lecteur. Ainsi, Les Décharnés est donc un bon ouvrage que je recommande aux amateurs du genre, où à ceux qui souhaitent s’y initier.
avatar
Elmdora Carotte
Admin

Messages : 353
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 30
Localisation : Île de France

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-dune-lectrice.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum