L'Adoption (2 tomes), Zidrou & Arno Monin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qu'avez-vous pensé de ce livre ?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

L'Adoption (2 tomes), Zidrou & Arno Monin

Message par Elmdora Carotte le Ven 4 Aoû 2017 - 15:09


72 p. (chaque tome), mai 2016 (tome 1), mai 2017 (tome 2), Grand Angle

Quatrième de couverture :

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.
avatar
Elmdora Carotte
Admin

Messages : 353
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 30
Localisation : Île de France

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-dune-lectrice.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Adoption (2 tomes), Zidrou & Arno Monin

Message par Elmdora Carotte le Ven 4 Aoû 2017 - 15:10

L’Adoption est une bande dessinée en deux tomes. Dans le premier opus, nous faisons la connaissance de Gabriel qui a deux enfants, un fils et une fille. Son fils, dont l’âge avoisine la cinquantaine, n’est toujours pas père puisqu’avec son épouse, ils ne parviennent pas à concevoir. Suite à un tremblement de terre au Pérou, ils décident de se rendre là-bas pour adopter une petite fille et l’accueillir au sein de leur famille ; il s’agit de Qinaya, qui a quatre ans. Dans un premier temps, Gabriel, qui est donc le grand-père adoptif de Qinaya, n’est pas très favorable à cette adoption, pensant que son fils est peut-être un peu trop vieux pour être un jeune papa. Arrivent les ponts du 1er puis du 8 mai, et le fils de Gabriel va demander à ce dernier et à son épouse, qui va être surnommée Mamie Rysette de s’occuper de Qinaya. Puis ce sera sur la période du mois du juillet qu’ils auront la garde de leur petite-fille. Petit à petit, un profond attachement va se créer entre cette enfant qui a perdu ses parents biologiques dans des circonstances abominables et qui a été arrachée à son pays, et cet homme un peu bourru au premier abord, mais qui va devenir un papy au cœur tendre. Mais un dramatique événement va se passer à la fin de ce premier tome, qui va aboutir au second.

J’ai absolument adoré ce premier opus, que j’ai trouvé très beau et très poétique. J’ai apprécié les dessins et la façon dont le scénariste a abordé ce thème assez difficile. Il n’hésite pas à nous montrer que les gens peuvent avoir de profondes réticences par rapport à la question de l’adoption, mais que leur point de vue peut changer et que rien n’est immuable face au sourire d’un enfant. La relation qui va se tisser entre Qinaya et Gabriel, qu’elle surnomme « achachi », ce qui signifie « grand-père » en français est très émouvante, surtout dans son évolution. J’ai trouvé les planches magnifiques, ainsi que l’univers mis en place. Tout cela est très beau, aussi bien concernant les graphismes de l’œuvre que son contenu. Les textes sont d’ailleurs très travaillés, poétiques, mais parfois drôles. C’est pour ma part un sans-faute. On referme ce premier tome avec beaucoup de questions, la fin étant clairement ouverte.

Le second volume prend place dix-huit mois plus tard et va se dérouler, pour la majorité de la bande dessinée, au Pérou. L’approche est tout autre, et même si c’était très bien, j’ai préféré le premier opus, puisque dans le second, la relation entre Qinaya et Gabriel est tout à fait différente. Ce dernier va subir différentes prises de conscience, notamment d’événements qu’il a pu manquer avec ses enfants. Il va se poser beaucoup de questions sur ses liens avec ses enfants, car boucher de métier, il avait peu de temps pour sa famille. Et s’il a voulu — peut-être sans s’en rendre compte — se rattraper avec Qinaya, il va s’apercevoir que même adultes, les enfants ont besoin de leurs parents. Ce livre est donc plus sombre, la famille étant éclatée. Cependant, il m’a moins touchée en tant que lectrice, malgré un sacré coup de crayon et une très belle plume, mais il m’a moins émue, sans doute parce que je m’attendais à autre chose. J’aurais aimé que la relation entre Qinaya et son grand-père adoptif soit plus approfondie, et il me semble que la conclusion aurait pu être un peu plus poussée.

Pour ces raisons, ce diptyque ne fut pas un coup de cœur, mais il s’agit néanmoins d’une excellente lecture.
avatar
Elmdora Carotte
Admin

Messages : 353
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 30
Localisation : Île de France

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-dune-lectrice.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum